© 2019 - SMABT - Syndicat Mixte Aéroport Beauvais-Tillé - Beauvais

  • Facebook - Grey Circle

VOLOTEA

Le vol inaugural Beauvais-Ajaccio a fait le plein !

Comme prévu, le 8 avril dernier, le premier Boeing Volotea de la nouvelle ligne Beauvais-Ajaccio a été baptisé sur le tarmac avec les honneurs des pompiers, comme le veut la tradition. Le vol inaugural affichait complet, sur une destination que la jeune compagnie estime porteuse, et qui pour elle devrait ouvrir la porte à d’autres destinations.

 

Si Volotea s’est en effet positionnée sur les liaisons entre villes européennes (sa marque de fabrique), elle entend bien soigner le marché français, son principal débouché. Et proposer, à l’issue d’une première année test sur la liaison avec l’Île de Beauté, d’autres destinations, attendues par la clientèle régionale des Hauts de France et de la Normandie, très demandeuse d’un accès simple, rapide et pas cher vers les autres régions, françaises et européennes.

VOLOTEA

UNE JEUNE COMPAGNIE EUROPÉENNE EN PLEINE EXPANSION

  • Fondée en 2012 à Barcelone, avec deux premières bases : Venise et Nantes

  • En 2017 : neuf bases dont quatre en Italie (Venise, Vérone, Palerme et Gênes), quatre en France (Nantes, Bordeaux, Strasbourg, Toulouse) et une en Espagne (Asturies), permettant d’opérer des vols vers 15 pays et de proposer près de 250 lignes, vers 79 villes françaises et européennes.

  • Dispose d’une flotte d’Airbus A 319 et de Boeing 717, et ambitionne de devenir une compagnie 100 % Airbus dans les années à venir.

  • Un volume de passagers estimé à plus de 3,4 millions de voyageurs en 2016 qui devrait atteindre entre 4,3 et 4,5 millions en 2017.

Edo FRIART, Beauvaisien

Directeur du développement international
VOLOTEA

« Aujourd’hui l’Italie et la France restent nos deux marchés prioritaires, en attendant l'amélioration de la situation économique en Espagne. Car nous envisageons la création de nouvelles lignes vers la péninsule Ibérique, mais également vers l'Allemagne. La seule difficulté aujourd'hui reste de ne pas  pouvoir tout faire en même temps ! ».

©photos Yann Cochin - Beauvais